L’argile blanche, solution pour une peau merveilleuse ?

J’avais prévu de vous parler d’un truc léger et rapide, en ces temps de rentrée un peu surbookés.
L’argile blanche, matériau anodin s’il en est, me semblait tout indiqué.
Finalement, j’ai quand-même bien peur de vous avoir écrit un petit pavé sur le sujet, au fur et à mesure que mes lectures me faisait découvrir pas mal d’aspects que j’ignorais à propos de cette argile aux propriétés toutes plus sympas les unes que les autres.
Explorons tout ça en détails…

L’argile blanche, qu’est-ce que c’est ?

L’argile blanche, ou kaolinite pour les intimes, est un minéral appartenant à la famille des kaolins. (1)
On retrouve les argiles en cosmétiques et en pharmacologie pour leurs propriétés abrasives, absorbantes, adsorbantes, antiagglomérantes, mais aussi car ce sont d’excellents agents de glissement, d’enrobage, opacifiant et de viscosité, ainsi que (non non, c’est pas fini) des stabilisateurs d’émulsions, liants, agents de suspension, agents thérapeutiques ou encore pour leurs propriétés lubrifiantes (cette fois on a fait le tour). (1)

argile blanche en poudre

L’argile blanche se trouve dans le commerce sous forme de poudre très fine. Il est bon de la conserver dans un endroit sec, ou dans un récipient étanche.

Mais ça se trouve sous quelle forme ?

L’argile blanche se trouve à profusion dans la nature, sous forme de roches qui contiennent entre autres pas mal d’autres composés – typiquement du quartz et du mica, mais également d’autres argiles. (2)
On la purifie donc, avant de la transformer en poudre de granulométrie typiquement comprise entre 0,2 et 12 µm. (1,3) Elle est constituée de feuillets alternés de silice et d’alumine, et a une composition plutôt stable pour une argile. (1)

OK, mais pourquoi s’en étaler partout ?

Eh bien il apparaît que l’argile, à l’instar de l’aloe vera, appartient à cette catégorie de produits naturel utilisé pour guérir des maux variés depuis toujours. Dès la préhistoire, l’homme de Néandertal se vautrait allègrement dans des boues argileuses pour se nettoyer ou guérir ses blessures. (3,4)
En effet, l’argile blanche est capable d’adsorber à sa surface des petites molécules, des protéines mais aussi des bactéries ou des virus, quoique de façon moins prononcée que sa copine l’argile verte – une sombre histoire de surface spécifique que je ne détaillerai pas ici, mais qui la rend du coup plus agréable d’utilisation pour les peaux sensibles vu qu’elle va moins « décaper ». (1,3)

D’un point de vue purement cosmétique, on retrouve l’argile blanche dans diverses crèmes, émulsions ou déodorants, mais aussi dans la poudre de finition matte de Lily Lolo par exemple.
En effet, la kaolinite absorbe les sécrétions de la peau et leur permet de mieux s’évaporer ensuite (toujours cette sordide histoire de surface spécifique), mais aussi les excès de sébum et autres graisses. L’argile blanche est donc tout indiquée pour matifier, d’autant plus qu’elle est légèrement réfléchissante du fait de sa structure en feuillet, et qu’elle possède un bon pouvoir couvrant. (2)
Elle est en sus légèrement antiseptique, et cerise sur le minéral, elle forme une couche protectrice à la surface de la peau. (5)

Puisqu’elle adsorbe graisses et impuretés, on retrouve bien évidemment l’argile blanche dans la composition de nombreux masques. Appliquée en boue, la kaolinite et ses comparses sont des alliées de choix dans le traitement de l’acné, furoncles, bubons et autres abcès, (5) et les masques home-made à l’argile blanche sont tout à fait simples à réaliser, attendu que la kaolinite se disperse volontiers dans l’eau. (2)

Cool, je veux me faire un masque à l’argile blanche, comment je fais ?

Jusqu’à présent, je vous aurais dit : on prend la poudre d’argile blanche, on met de l’eau dessus (de source si vous êtes maniaque sur l’eau que vous vous appliquez sur le visage, du robinet si peu vous chaut), on touille pour voir si la consistance va.
Si c’est trop solide on rajoute un peu d’eau, si c’est trop liquide on rajoute un peu de poudre.
On laisse reposer 15 minutes pasque sinon il y a des grumeaux. On retouille, on applique.
On laisse poser 10 minutes dans son bain en sirotant un cocktail.

masque à l'argile blanche

Bien que l’argile blanche se disperse assez volontiers dans l’eau, on peut laisser reposer le mélange quelques minutes avant d’homogénéiser vigoureusement pour ôter les derniers grumeaux.

Ça, c’était avant que je lise l’article fort bien écrit de Madame Carretero. (5) Madame Carretero nous dit, et quand on la lit ça tombe sous le sens, que c’est drôlement mieux de s’appliquer un masque à l’argile chaud couvert d’un film plastique, parce que :

  1. ça hydrate mieux – la transpiration produite par l’application d’un masque chaud ne peut pas s’évaporer du fait du film plastique. Du coup, ladite transpiration humidifie consciencieusement les couches supérieures de l’épiderme et l’hydrate de l’intérieur. La peau en ressort dans un état hyper-poreux, et toute substance cosmétique appliquée suite au masque va directement atteindre les couches les plus profondes de l’épiderme
  2. ça nettoie mieux – la chaleur promeut la liquéfaction des sécrétions sébacées, qui seront mieux absorbées par l’argile.

Attention cependant à ne pas appliquer un masque chaud sur des zones sujettes à problèmes circulatoires, type couperose ou autres vaisseaux éclatés, qui n’en sortiraient que plus cramoisis. (5)

Ça, c’est la théorie. Bon, personnellement, le masque chaud recouvert de film alimentaire, à réaliser toute seule dans son bain, ça me paraît un peu compliqué, et en plus avec le film plastique c’est plus dur de siroter son cocktail.
Aussi, je suis dans l’ensemble contre l’utilisation du film plastique, pour des raisons éthico-écologiques – ouais, ouais, j’ai des convictions des fois.
Et enfin, j’ai une petite tendance à la couperose (rien à voir avec les cocktails) que je n’ai pas envie de flatter plus que ça.
Du coup je me suis appliqué un masque à l’argile tiède dans ma salle de bain embuée.

Et c’est cool.
Drôlement plus qu’un masque froid.
Déjà, pas de changement majeur de température. La peau du visage ne se crispe pas à l’application de la substance visqueuse et froide, mais accueille au contraire bien volontiers la bouillie tiédasse, et la salle de bain embuée permet de conserver le masque humide sans avoir à se vaporiser au brumisateur toutes les 5 minutes.

masque tiède à l'argile blanche

Le masque tiède, c’est la vie !
Tiède ou froid, attention à n’utiliser que des ustensiles non métalliques pour préparer son masque home made à l’argile blanche.

Au niveau résultat, après 15 minutes de pose et un rinçage consciencieux, j’ai la peau toute douce et le teint lumineux.
Avant de crier au miracle cosmétique, rappelons nous que la kaolinite, qui laisse facilement un film sur la peau, est lubrifiante et réfléchit un peu la lumière.
Est-il besoin d’aller plus loin ? La plupart des produits à effet immédiat fonctionnent d’ailleurs de la même manière.
Est-ce que c’est gênant ?
Euh, ben non, pas du tout. On l’a vu, la kaolinite a un pouvoir nettoyant et purifiant doux, et pas vraiment de contre-indication. Ne nous privons donc pas d’un masque « effet bonne mine » !

Ah, et pas de risque à utiliser de l’argile blanche, donc ?

La plupart de la population est exposée à de faibles concentrations en argile de façon quasi-permanente. (1) Même si les argiles sont généralement considérées comme non-toxiques et non-irritantes, (3) leur forme poudreuse peut néanmoins causer des irritations des yeux et des voies pulmonaires. (1) Quand à la kaolinose, une maladie qui atteint particulièrement les mineurs et les travailleurs de l’industrie de d’argile, les quantités d’argile inspirées de façon quotidienne ne vous permettront pas de la contracter. (1) De plus, il apparaît que les effets délétères de l’argile blanche chez ceux qui la travaillent serait plus particulièrement dus à la présence de quartz dans les roches contenant de la kaolinite. (5)

argile blanche masque poudre

En masque maison ou intégrées dans des cosmétiques tels que des poudres de finition, l’argile blanche donne un effet « peau lisse ».

Les bonnes pratiques pour utiliser l’argile blanche

Du fait des irritations possibles dues à la poudre, on évite de préparer sa pâte en face d’un grand courant d’air. Il est néanmoins préférable de manipuler sa poudre dans une pièce correctement ventilée. (1)
De même, on évite autant que possible la génération de poussières en posant délicatement la quantité d’argile dans le contenant idoine pour la préparation, plutôt que de laisser la kaolinite tomber de 70 cm de haut sans ménagement.
Il est vrai qu’il est préférable de mélanger sa pâte d’argile avec un ustensile non métallique. On est loin du mythe« J’ai touché mon argile avec une cuillère en inox, elle a perdu toutes ses propriétés ! », mais sans rentrer dans les détails, la présence de kaolinite dans l’eau, particulièrement si elle est tiède, peut favoriser la dissolution de particules métalliques. (6)
On évite donc de mélanger son argile avec sa cuillère à café, mais on évite aussi de la mélanger avec huile, miel ou autre yaourt. On l’a vu, l’argile blanche adsorbe tout ce qui lui passe à portée de molécule, et si certaines personnes prétendent que c’est un produit « intelligent » (nan mais ce qu’il faut pas lire des fois), je doute que son QI lui permette de faire la différence entre votre sébum et l’huile d’amande douce !

Et vous, l’argile, vous utilisez ?

____________________________

BIBLIOGRAPHIE
1. A. López-Galindo, C. Viseras, P. Cerezo. Compositional, technical and safety specifications of clays to be used as pharmaceutical and cosmetic products. Appl. Clay Sci. 2007, Vol. 36, pp. 51-63.
2. Murray, H.H. Applied clay mineralogy today and tomorrow. Clay Min. 1999, Vol. 34, pp. 39-49.
3. J.H. Choy, S.J. Choi, J.M. Oh, T. Park. Clay minerals and layered double hydroxides for novel biological applications. Appl. Clay Sci. 2007, Vol. 36, pp. 122-132.
4. Carretero, M.I. Clay minerals and their beneficial effects upon human health. A review. Appl. Clay Sci. 2002, Vol. 21, pp. 155-163.
5. M.I. Carretero, C.S.F. Gomes, F. Tateo. Clays and human health. Hanbook of Clay Science. 2006, 11.5, pp. 717-740.
6. G.E. Brown, V.E. Henrich, W.H. Casey, D.L. Clark, C. Eggleston, A. Felmy, D.W. Goodman, M. Gratzel, G. Maciel, M.I. McCarthy, K.H. Nealson, D.A. Sverjensky, M.F. Toney, J.M. Zachara. Metal Oxide Surfaces and Their Interactions with Aqueous Solutions and Microbial Organisms. Chem. Rev. 1999, Vol. 99, 1, pp. 77-174.

24 Comments

  1. Ben moi qui ne savait pas quoi en faire de mon paquet énorme d’argile blanche lorsque j’étais en France^^ Je pensais à tord que c’était surtout efficace comme base de maquillage ou shampoing sec. Je privilégiais surtout le rassoul en masque visage. Trop tard maintenant^^
    Intéressant l’info concret de la cuillère métallique et du pourquoi faut éviter. Je déconseille souvent pour les poudres mais je ne savais pas pour le miel ou le yahourt par exemple.

    • Je t’avoue qu’à la base je l’avais achetée pour faire un déo en poudre. Mais vu que tout ça c’est un peu en stand-by, et que de toutes façons je suppose que ça doit tacher un peu (genre comme le rice-starch, c’est une horreur), je me suis dis qu’en masque visage, ça serait sûrement très bien. J’ai un peu découvert au gré des publis que j’ai lu dessus je t’avoue, mais c’est vrai que c’est beaucoup plus doux que l’argile verte, et aussi que le rhassoul, qui serait en fait de la smectite si j’ai bien compris, et qui lui a un pouvoir adsorbant de folie.
      En base de maquillage, c’est très bien aussi, d’ailleurs, par contre je me demande si ça ne déssèche pas un peu quand-même sur le long terme ?
      Pas d’argile blanche en Australie ?

  2. Je pense que si tu portes de la poudre libre à base d’argile blanche tous les jours, oui ça assèche a terme les peaux mixtes ou sèches. Mais un jour sur deux ou de temps en temps, pas trop de soucis. Et ça se coupe avec de l’arrowroot ou de la poudre de riz pour le maquillage du teint, c’est donc un peu moins asséchant de base. En tant que deo, ça n’a pas fonctionné sur moi^^ Et ça fait un peu de traces blanches sur les hauts noirs mais ça se frotte.
    L’argile verte pour le visage, je n’aime pas car il y’a parfois un effet pervers de rebond des imperfections, la peau se sentant en effet agressée. Le rhassoul était le plus efficace et pas d’effet rebond !

    • En fait l’argile verte j’ai utilisée massivement et localement il y a 2 ans, quand je me suis tapée une acnée hormonale énorme sur le menton et les mâchoires, et rien n’en venait à bout. Après c’est vrai que c’est un peu brutal, mais ça a tout fait sortir (beurk) sans dommage collatéral, et depuis plus rien. Après je recommanderais pas à tout le monde non plus.
      Pour l’argile blanche, j’ai la poudre matifiante de Lily Lolo qui en contient pas mal, mais vu que je ne me maquille pas tous les jours, et que je ne l’utilise que pendant les grosses chaleurs / les jours où je sais que je vais bouger pas mal, ça devrait aller je pense…
      Bon de toutes façons je vais continuer à inspecter les argiles dans le détails, je suis curieuse 🙂

  3. L’argile rose est aussi très douce mais un peu moins efficace pour l’acné. Utile aussi en maquillage avec sa couleur. Il existe plusieurs types d’argiles en Australie mais elles n’ont pas exactement les mêmes propriétés qu’en France et les boutiques huppés dans ce domaine préfèrent meme vendre de la provenance française car plus efficaces en soin esthétique (elles sont moins chères que les australiennes, c’est fou !). L’argile australienne est mieux en soins internes (cures) et en soins de la peau en dehors des imperfections type sebum, boutons d’acné ou points noirs. On l’ utilise plutôt pour soigner des irritations, un bouton d’insecte…
    Ma peau réagissait bien qu’au rhassoul pour finir^^ Les argiles vertes et blanches me servaient à autre chose en France. Quoique si le fait d’avoir la peau qui graisse plus vite et des boutons revanchards (avec l’application d’argile verte régulièrement) était normal pour purifier celle-ci en profondeur, j’aurai peut-être dû persévéré à l’époque. Je regrette un peu le manque de rhassoul en Australie d’ailleurs mais j’ai trouvé quelques trucs qui remplacent. 🙂

  4. J’ai trouvé ton blog par hasard, et quel trouvaille ! 🙂 Hop : dans mes favoris !

    J’ai bien tout lu et j’ai une question : l’argile blanche absorbe le « gras » donc et se disperse dans l’eau (j’ai bien suivi ?).

    Mais le miel est aqueux, non ? Il me semblait que le miel ne contenait pas de gras, donc pourquoi éviter de le mélanger dans son masque à l’argile blanche ?

    Merci d’avance 🙂

    • Contente que ça te plaise !
      L’argile adsorbe le gras, oui, mais pas que. En fait, avec sa grande surface spécifique, elle adsorbe un peu tout ce qui traîne, entre autres les toxines, les molécules de médicaments ou les enzymes, qui ne sont pas spécialement gras.
      Je ne me suis pas bien penchée sur les constituants du miel (parce que ni ma peau ni mes cheveux ne le supportent, je suis une grosse égoïste dans mes choix d’articles :)), mais je suppose qu’une partie de ses composants doit être adsorbée par l’argile quand-même. Du coup ça rend l’argile moins efficace, et le miel aussi. J’aurais tendance à faire un masque argile (blanche ou rouge si la verte est trop agressive) suivi d’un masque au miel si c’est pour ses propriétés humectantes que tu l’utilises (je fais argile puis aloe vera pour ma part). Après, il me semble que le miel est vaguement nettoyant, donc c’est peut-être pas pertinent de le faire après un masque d’argile ?

  5. Égoïste dans tes choix d’articles : c’est ton blog, encore heureux que tu y abordes ce que bon te semble.

    J’utilise le miel (bio et non chauffé) en masque depuis environ 1 an et demi, moment ou, pour la 1ère fois de ma vie, à 39 ans (et demi, snif), mon acné rétentionnelle a muté en acné modérée, puis, quelques semaines plus tard, en acné de sévérité moyenne (youpi).

    Pourquoi le miel ? Pour ses propriétés bactériostatiques, cicatrisantes et hydratantes (hydratant : c’est pareil qu’humectant ?).

    Voici la référence la plus sérieuse que j’ai pu trouver sur le net (Dr Descottes du CHU de Limoges) :
    https://www.youtube.com/watch?v=pH-czH7Tpmk

    Note que nulle part dans la vidéo, ou dans ce que j’ai pu lire (de vaguement sérieux, hein…) on ne parle des cicatrices d’acné… Mais bon lol.

    Je suis sous traitement médical depuis 5 mois, donc je n’ai quasiment plus de bouton « actif » (un de temps en temps, ce dont je me gausse à coté des 20 volcans qui ornaient mon minois il y a encore 6 mois, parce que j’ai espacé le traitement qui me découannait la peau façon meuleuse avec des squames du plus bel effet).

    Alors effet placebo ? Fol espoir de ma part ? J’ai l’impression que le miel accélère la disparition des cicatrices (surtout les plus récentes) et ré-hydrate ma peau en deux temps trois mouvements.

    Donc si je souhaite bénéficier des bienfaits des deux ingrédients sus-cités, le plus probant serait, si je te suis, d’alterner, à quelques jours d’intervalle, argile et miel ? Ça me va !

    Merci de m’avoir répondu si rapidement 🙂

    J’attends avec impatience de voir si tu te pencheras sur les autres types d’argile et autres rhassouls.

    • Haha, oui !

      On a presque le même âge, tiens (et hop, snif aussi), par contre je n’ai eu de l’acné qu’épisodiquement.

      Pour le miel, oui effectivement, j’ai lu un peu tout ça dessus, ça m’avait donné envie d’essayer du coup. Juste que la théorie et la pratique, des fois ça marche pas.
      Mais hydratant c’est pas exactement pareil qu’humectant. Humectant ça apporte l’eau, mais pour un truc hydratant il faut aussi quelque chose d’émollient, qui va empêcher l’eau de partir de la peau par évaporation. Pour les peaux grasses ou acnéiques cependant, la majeure partie des émollients sont pas supers, vu que ça donne des boutons. Certains humectants aussi, note, vu que par exemple la glycérine me fait bourgeonner en trois jours.

      Du coup si le miel te réussit, bien sûr, fonce ! Mais effectivement, j’alternerai personnellement, pour bénéficier au maximum des qualités des deux.

      Et pour les autres argiles, oui, je compte bien me pencher dessus à l’occasion !

  6. Le coup de la glycérine : O_O !

    Depuis un et demi que je lis les INCI de tout ce qui touche ma peau, je ne me souviens pas avoir croisé une crème visage sans glycérine (sauf erreur de ma part) et comme j’utilise du bio comme du conventionnel, ben merdalors, c’est fou ça.

    Mais comment fais-tu pour hydrater ta peau du coup ?

    • En fait à petites doses elle passe à peu près bien, mais les sérums hydratants qui en sont plein me collent des boutons. Du coup j’hydrate avec de l’aloe vera, et je peux rester plusieurs mois sur un combo aloe vera + huile (noisette ou sésame). Je n’en applique que le soir par contre, donc pas de problème en cas de maquillage le matin.
      Là j’utilise la ReHydrate Légère de Jonzac, et elle est presque trop riche…

  7. Du coup t’as pas énormément d’options pour tes soins, dis donc. En tous cas en sérums, sauf sérums huileux.

    Ben tiens : idées d’articles (suggestions d’une nouvelle lectrice aux anges) :

    -> l’histoire de ta peau (si, si, c’est toujours intéressant de savoir comment les autres ont géré leur acné, même si elle était transitoire, ça donne de l’espoir à toutes les boutonneuses de France et de Navarre, je te jure, vu le nombre de femmes adultes qui galèrent avec cette $ù*$^§§¨£ d’acné… )

    -> ta routine soin visage du moment, du coup, la raison de tes choix, tes échecs et réussites, tes incontournables. Suite logique du précédent. Parce que perso j’adore découvrir de nouveaux soins, de nouvelles techniques, etc…

    C’est toi qui voit. C’est juste une suggestion.

    Jonzac : j’aime bien l’eau thermale et j’attends en trépignant (mon colis est en chemin) leur (nouveau) nettoyant purifiant qui a l’air doux comme une caresse.

    T’as essayé la crème neutre désaltérante AZ ? Parce qu’elle est super light avec tout plein d’aloe dedans (39%) comme ta peau a l’air d’aimer l’aloe… Evidemment, elle contient de la glycérine, dans quelle proportion : je ne sais pas, mais si tu la supportes dans une crème de jour, c’est peut-être une piste ?

    • Pour être très honnête, je ne ferai pas d’article sur comment j’ai éradiqué mon acné, parce que je ne me sens pas capable de recommander cette méthode à personne. C’était plutôt transitoire, lié à une routine visage mauvaise pour moi (le démaquillage à l’huile, que ma peau ne tolère pas) et concommittant d’un dérèglement hormonal. On m’a dit (bien-sûr) aux endroits où on prêche ces routines : c’est les hormones.
      J’ai eu le même dérèglement cet automne, sans l’apparition du moindre bouton, ce qui a confirmé mes doutes sur la raison première de cette acné.

      À l’époque, j’ai adopté une routine minimaliste, que j’ai gardé depuis, mais surtout j’ai fait des masques localisées à l’argile verte, très épais, quasi-quotidiennement. Ça a super bien marché, je ne me suis pas flingué la peau, mais j’ai fait super gaffe, en observant bien l’état de la peau tous les jours, si ça n’était pas trop rouge, si ça n’était pas trop déshydraté, etc. L’argile verte a fait murir tout ces kystes, microkystes et autres boutons, et en 1 mois je n’avais quasi plus rien, et pas de cicatrices non plus.

      Je ne ferais pas d’article là-dessus parce que j’ai vu sur un groupe des filles suivre des conseils aveuglément, s’acharner contre l’évidence et se brûler la peau, et pourtant persévérer parce que telle bloggeuse avait dit que… Et je refuse d’endosser cette responsabilité, qui me semble énorme.
      J’ai utilisé cette technique parce que rien d’autre ne marchait (de même que je l’avais utilisée pour faire mûrir un abcès quand j’habitais à Stockholm et que la médecine traditionnelle n’offrait toujours pas de solution au bout d’1 mois 1/2) mais c’est tout de même un peu brutal, et je ne crois pas que ça marcherait pour de l’acné chronique ?

      Mais par contre, la routine visage, oui, j’en parlerai, bonne idée ! Et chez AZ, j’avais essayé leurs crèmes neutres n° 1 et 2. Sans appel : boutons :/

  8. Ahah ! J’avais pas pensé à ça ! Moi non plus je ne me risquerais pas à des conseils. Je pensais plus à un article « témoignage » sans penser que certaines lectrices pourraient appliquer à la lettre une méthode qui pourrait ne pas leur convenir du tout. Je comprends tout à fait ton point de vue. RIP donc, l’article « histoire de ta peau ».

    J’attends donc ton article « routine visage » (cool !).

    Pour la crème AZ : haaannnn !!!! T’as pensé à léguer ta peau à la science ? :p

    • Voilà, pas d’histoire de ma peau, mais une routine ça ne prête pas à conséquence. Quand à ma peau, cette *%$!!, ouais, je la lèguerais volontiers, histoire de lui faire les pieds vu tout ce qu’elle m’a fait. Quoique, soyons franc, les peaux mistes à grasse ont la peau moins marquée par l’âge, et ça c’est cool ! 🙂

  9. « Tiède ou froid, attention à n’utiliser que des ustensiles non métalliques pour préparer son masque home made à l’argile blanche. »

    oops… cuillère à café pour la mettre dans le bol inox et mini fouet pour mélanger… oooooops
    Par contre dans quoi la stockes tu? J’avais pensé un pôt à confiture vide, mais couvercle métallique.
    (tu m’diras au point où j’en suis 😀 )

    « on évite aussi de la mélanger avec huile, miel ou autre yaourt »
    re oops… surtout que souvent dans les « recettes », il est indiqué d’y mettre de l’huile!

    C’est pas contre indiqué de la mélanger à d’autres poudres / épices. Parce que je trouve le combo argile blanche / curcuma super efficace.

    • Je la stocke dans cet espèce de pot à Parfaits qu’il y a en fond sur la dernière photo de l’artcile. Il y a vaguement du métal dessus, mais pas en contact direct avec l’argile, et c’est super étanche, donc j’aime bien.

      Pour le fouet en inox, si c’est en inox justement, et que tu ne le laisses pas tremper des heures, ça n’est pas très grave. Sinon le truc super pratique, c’est les couteaux à beurre en bois (genre trois pour presque rien à Ikea), que j’utilise pour le gros sel en cuisine, et pour l’argile et l’huile de coco (qui elle ne craint rien, mais c’est juste parce que c’est pratique).

      Et je sais qu’il est régulièrement indiqué de mettre de l’huile dans son argile. Je pense qu’un peu pour la verte, ça diminue partiellement son pouvoir adsorbant, et que pour la blanche il ne reste plus grand chose voire rien du tout, mais c’est une supposition personnelle. Pour le curcuma, je ne saurais te dire, je t’avoue qu’ils citaient pas mal de choses dans la littérature mais pas ça 😉 En même temps, si c’est efficace, ne te prive surtout pas : quoiqu’il arrive, ça ne sera pas dangereux en tout cas.

      • Ok merci! Bon je vais ptêt remplacer le sac plastique pas beau d’AZ par un pôt alors! ^^
        Je zieuterais les couteaux dont tu parles , sinon j’ai vérifié, c’est bien de l’inox, du coup bol + fouet inox en laissant pas trop lgtps dedans, ça craint pas trop trop?

  10. Ce matin, en mettant une goutte d’huile d’argan dans un échantillon de crème que je ne trouve pas assez confortable, j’ai eu une illumination : ta crème Jonzac que tu trouves presque trop riche, as-tu tenté d’y ajouter une goutte ou deux d’aloe, direct dans le creux de la main, pour « l’alléger » ?

    • Eh bien écoute, non, mais tout est rentré dans l’ordre : j’en mets un peu moins, du coup elle pénètre mieux, et surtout j’ai fait un gommage au bicarbonate, chose que je n’avais pas faite depuis 1 mois 1/2 pour cause de déménagement. Et franchement, je crois que c’était surtout ça le problème, surtout que qui dit déménagement dit poussière, d’autant plus que mon ancien logement en regorgeait. Bref, je pense que j’avais juste besoin d’un nettoyage un peu plus costaud que le quotidien.
      Mais un grand merci pour la suggestion, c’est super gentil d’y avoir pensé !!

  11. Je crois que l’intérêt d’ajouter de l’huile dans l’argile, c’est aussi d’éviter que celle-ci ne sèche sur la peau. non?

    • Ah oui, peut-être, mais ça me paraît quand-même diminuer fortement les propriétés de l’argile…

  12. On pourrait dire bien des choses encore sur l’argile. Je l’utilise quotidiennement depuis des décennies dans bien des cas : sur le corps dans les pliures, les pieds pour le plus et surtout les dents à chaque brossage pour assainir, et blanchir sans rayer. Pour les bébés, elle remplace avantageusement le talc.
    Bon, j’arrête là pour aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *