L’éthifrice de Lush : un dentifrice sans Triclosan

Je ne vous cache pas que j’ai été assez occupée ce dernières semaines. Du coup, en attendant un article de fond sur les shampooings la semaine prochaine, je voulais me me munir d’un petit article rapide pour vous présenter un truc ludique et plutôt bien pensé : l’éthifrice de Lush.
Finalement, me retrouvant un peu hébétée face aux choses qu’on peut parfois trouver dans une pâte dentifrice conventionnelle, vous allez voir que j’ai dévié un peu…

éthifrice lush

Le gros avantage de l’éthifrice pour le néophyte, c’est la réduction des déchets plastiques et du gaspillage. Plus de dentifrice coincé au fond du tube, et l’emballage en carton recyclé est à son tour recyclable.

L’éthifrice, qui se présente sous forme de petite pastilles à croquer contenues dans une boîte en carton recyclée, est un dentifrice solide. On croque une pastille (ou même une demi-pastille, ça marche très bien aussi), on mouille sa brosse à dents et on brosse comme d’habitude. La pastille se dissout, mousse et lave tout autant qu’un dentifrice classique.

J’avoue que quand l’Écobelette m’a mentionné l’existence de la chose, j’étais plutôt dubitative. L’Écobelette ayant tendance à penser qu’un court essai vaut mieux qu’un long discours, elle m’a ramené quelques pastilles pour que je teste. L’essai étant plutôt concluant, j’ai décidé de me fournir d’une boîte entière.

Les avantages de l’éthifrice

Tout d’abord, on l’a vu plus haut, la réduction des déchets d’emballage est conséquente.
De plus, comme tous les produits Lush, il n’est pas testé sur les animaux, et je vous avoue que plus je bibliotte, plus j’accorde de l’importance à ce fait.
Comme les autres produits Lush solides, il ne contient pas de conservateurs, car Lush considère que les microbes, ça vit dans l’eau, et que du coup y a pas besoin.
Et surtout, il ne contient pas de Triclosan.

Faisons-donc, si vous le voulez bien, un petit aparté pour causer du Triclosan.

Le Triclosan dans les dentifrices

Pour ceux qui, comme moi, n’étaient pas au fait des méfaits potentiels du dentifrice (oui, le Malin se cache vraiment dans les produits les plus anodins), le Triclosan est utilisé comme anti-inflammatoire, antiplaque et antibactérien dans certaines formulations dentifrices (1-2), dont Colgate Total™ qui a été sous les feux de la rampe de l’UFC Que Choisir l’an dernier.
Bien que Que choisir soit à la bourre de 13 ans par rapport à l’association suédoise Naturskyddsföreningen, il apparaît quand-même que le Triclosan, c’est pas la fête.
Par exemple, quand on fait se brosser les dents avec un dentifrice au Triclosan à une quinzaine de Suédois pendant 2 semaines, le taux de Triclosan dans leur plasma est multiplié au minimum par 100. (3) Si on considère que dans cette étude clinique, lesdits Suédois boulottent pas le dentifrice et se contentent de brosser les dents avec, ça veut dire que le Triclosan pénètre rudement bien dans l’organisme.
C’est entre autre pour ça qu’on en retrouve dans les urines de 75 % de la population américaine, et le plasma, les urines et le lait de pas mal de populations humaines (3-7). Les cosmétiques (déodorants, dentifrices, savons) restent la principale cause d’exposition. (5) Il faut dire que 76 % des savons liquides américains en contiennent, mais aussi certains textiles ou plastiques de cuisine. (4)

éthifrice lush

L’éthifrice de Lush ne contient pas de Triclosan, ni de conservateurs.

Ouais, bon, OK, mais ça fait quoi exactement le Triclosan ?

Si le Triclosan est utilisé aussi largement, c’est qu’en plus de ses propriétés antibactériennes, il ne présente pas de toxicité générale. (8-9)
Coup de moule, vu qu’on l’a largement utilisé depuis des années, les eaux usées en contiennent plein (7,10) et c’est donc un polluant aquatique largement étudié in vivo. On sait donc que chez la grenouille, le Triclosan modifie les teneurs en hormones thyroïdiennes, et par conséquent cause des problèmes dans le développement post-embryonnaire des bébés grenouilles. (11)
Chez le poisson, c’est l’éclosion des œufs qui est affectée, même si les capacités reproductives restent inchangées par l’exposition au Triclosan. (10)
Chez le rat mâle, la teneur en hormones thyroïdiennes est modifiée, le taux de testostérone dans le plasma décroît et le poids du foie augmente, mais l’âge de la puberté et les capacités reproductives ne sont pas affectés. (12)
Chez le rat femelle, on constate également une modification de la teneur en hormones thyroïdiennes et en œstradiol, et un avancement de l’âge de la puberté. Globalement, le Triclosan booste les effets des œstrogènes chez la rate. (9)

Pas de panique complète, les concentrations minimales en Triclosan qui déclenchent des effets œstrogéniques chez la rate sont 10 fois supérieures à celles qu’on retrouve en moyenne dans un gugusse lambda, et 40 fois supérieures pour les effets thyroïdiens. (9) De plus, il y a de nombreuses différences inter-espèces et ce qui est vrai pour le rat, le poisson ou la grenouille n’est pas forcément vrai pour l’homme.
Par contre, vu que les modifications thyroïdiennes sont quand-même importantes chez le rat, ça serait p’têt une bonne idée de faire plus d’études sur le sujet, rapport que pour les femmes enceintes et le développement neuropsychologique du futur bambin, ça pourrait quand-même s’avérer un peu gênant, qu’ils disent m’ame Zorilla et al, même si on n’est pas sûr pour l’instant. (12)
Pour les femmes allaitantes, on se rassure aussi, la concentration dans le lait maternel est largement inférieure à celle constatée dans le plasma, ce qui fait que l’exposition du nourrisson est moindre. (5)

Je ne vous rappelle pas le principe de précaution, vous avez tous compris maintenant ?
Et puis, au final, même si ça ne s’avérait pas dangereux pour l’homme, j’aimerais autant éviter d’aller perturber la reproduction de toutes les espèces aquatiques juste pour des questions de brossage de ratiches.

En résumé

Parce que comme vous voyez, on a pas mal digressé.
Au bout d’une semaine, l’hygiène de mes dents ne souffre pas de l’utilisation d’un dentifrice non conventionnel, même si certains n’aimeront pas forcément le goût de rose du Chou Chou – il n’y avait plus grand-chose d’autre quand je suis passée au magasin.
L’éthifrice présente le triple avantage ne ne pas contenir de conservateurs, de Triclosan et de réduire le packaging.

éthifrice lush sans triclosan

En plus, on peut faire des photos graphiques avec, et ça c’est cool.

Les choses que je n’ai pas eu le temps d’aborder

L’éthifrice contient du bicarbonate de sodium. Trop abrasif ou pas ? On verra ça sous peu dans un article entièrement consacré au bicarbonate.
L’éthifrice ne contient pas de fluor. Entre les tenants de : « Le fluor c’est génial contre les caries » et ceux qui disent : « Le fluor à outrance c’est p’têt pas terrible », j’ai trouvé des gens qui affirment sans honte que la fluoration du dentifrice et de l’eau, c’est un complot judéo-maçonnique initié par les nazis.
Promis.
C’est sûrement vrai parce que je l’ai lu sur internet…

BIBLIOGRAPHIE
1. The effect of triclosan toothpaste on enamel demineralization in a bacterial demineralization model. Van Loveren, C., Buijs, J.F. et Ten Cate, J.M. 2, 1999, J. Antimicrob. Chemotherapy, Vol. 45, pp. 153-158.
2. The effect of a new toothpaste containing potassium nitrate and triclosan on gingival health, plaque formation and dentine hypersensitivity. Wara-Aswapati, N., et al. 2005, J. Clin. Periodontol., Vol. 32, pp. 53–58.
3. Human exposure to Triclosan via toothpaste does not change CYP3A4 activity or plasma concentrations of thyroid hormones. Allmyr, M., et al. 2009, Bas. Clin. Pharmacol. Toxicol., Vol. 105, pp. 339-344.
4. Urinary Concentrations of Triclosan in the U.S. Population: 2003–2004. Calafat, A.M., et al. 3, 2008, Envir. Health Persp., Vol. 116, pp. 303-307.
5. Triclosan in plasma and milk from Swedish nursing mothers and their exposure via personal care products. Allmyr, M., et al. 2006, Sci. Tot. Env., Vol. 372, pp. 87–93.
6. Pilot Study of Urinary Biomarkers of Phytoestrogens, Phthalates, and Phenols in Girls. Wolff, M.S., et al. 1, 2007, Environ. Health Perspect., Vol. 115, pp. 116–121.
7. Triclosan, a commonly used bactericide found in human milk and in the aquatic environment in Sweden. Adolfsson-Erici, M., et al. 2002, Chemosphere, Vol. 46, pp. 1485–1489.
8. Triclosan: Applications and safety. Bhargava, H.N. et Leonard, P.A. 3, 1996, Amer. J. Infect. Control, Vol. 24, pp. 209-218.
9. Triclosan Exposure Modulates Estrogen-Dependent Responses in the Female Wistar Rat. Stoker, T.E., Gibson, E.K. et Zorilla, L.M. 1, 2010, Toxicol. Sci., Vol. 117, pp. 45-53.
10. Effects of triclosan on the early life stages and reproduction of medakaOryzias latipesand induction of hepatic vitellogenin. Ishibashi, H., et al. 2004, Aquatic Toxicology, Vol. 67, pp. 167–179.
11. The bactericidal agent triclosan modulates thyroid hormone-associated gene expression and disrupts postembryonic anuran development. Veldhoen, N., et al. 2006, Aquatic Toxicology, Vol. 80, pp. 217-227.
12. The effects of triclosan on puberty and thyroid hormones in male Wistar rats. Zorrilla, L.M., et al. 1, 2009, Toxicol. Sci., Vol. 107, pp. 56-64.

7 Comments

  1. Extrèmement instructif (et un peu flippant aussi)! Je serais curieux de savoir quels autres perturbateurs endocriniens on peut trouver dans nos objets du quotidien, spécialement ceux qui sont en contact avec notre nourriture…

    • Oui, hein ? J’ai trouvé ça flippant aussi. Et contrairement à d’autres sujets, là il y a vraiment beaucoup de sources, provenant d’équipes de recherche sérieuses, publiées dans des journaux confirmés. C’est vraiment un problème. Après je pense que pour le Triclosan, je vais commencer à regarder sérieusement les étiquettes des savons liquides. Pour la lessive, liquide vaisselle et autres pastilles de lave-vaisselle, j’ai pas l’impression qu’ils soient tenus de mettre la liste exacte des ingrédients, mais il y en a dans certains, c’est sûr.
      En perturbateurs endocriniens, il en existe au final des tas. Les silicones, l’aloe véra (eh oui), les sels d’alu des déo et de la pierre d’alun, et quelques autres. Je vais peut-être faire un article de fond dessus, il y a une dame très gentille qui bosse sur ce sujet dans une fac de la Perfide Albion et qui m’a envoyé gracieusement ses articles. Pour la nourriture ou les objets en contact avec la nourriture, j’avoue que je n’en sais rien. Le Triclosan est a priori pulvérisé sur les plastiques (genre tupperware, bouilloire) et les textiles en fabrication, et c’est pour ça (entre autres, je suppose) qu’on te conseille de toujours laver ce que tu viens d’acheter.
      Mais il est vrai que j’avais peur de manquer de sujets pour ce blog quand j’ai commencé, et a priori, ça va pas arriver tout de suite…

  2. C’est vraiment intéressant.
    Une bonne excuse pour les enfants de lutter contre l’obligation militaire du brossage de dents !

    Etant 1.5 en ce moment je vais zieuter pour le remplacement de mon dentifrice (j’avais opté pour le Colgate Tota qui me promettait « tout en un » mais je ne pensais pas pas que « tout » comprenait des perturbateurs endoctriniens….).

    • Contente que ça te plaise, et félicitations pour le 0.5 que tu héberges!
      Pour le brossage de dents et les enfants, il faut encore que je regarde le fluor aussi, il paraîtrait que c’est pas top parce qu’ils en avalent 75 %. Mais je crois que les pâtes Welleda aussi sont pas trop cracras.

  3. Coucou!

    J’ai de gros problème de gencives du coup je me suis mise en quête d’un dentifrice non abrasif pour mes petites quenottes.
    J’avais déjà testé les ethifrice et j’avais beaucoup aimé, mais présence de bicarbonate oblige, j’ai du me tourner vers une autre alternative. J’ai donc pris du Per Blan, et d’après mes recherche c’est le mieux du mieux que j’ai pu trouver, bon rapport qualité-prix aussi.
    Mais, au regard de l’ignorance absolue des professionnels des dents pour les soins autres que oral-b (ni dentiste, parodondiste ou orthodontiste ne connaissaient), je me suis mise en quête d’un dentifrice « correct » en pharmacie. Bon déjà, ils sont tous abrasifs (même les soit disant « méga protection gencive trop doux ») mais j’en ai même vus qui se vantaient de contenir du triclosan ! Si t’as un truc pas bon dans tes ingrédients tu le caches un peu quand même, non ? J’ai la thyroïde en vrac donc j’avais déjà entendu parler de la méchanceté du truc (même si je ne suis pas une grenouille ou un rat femelle, j’évite), je me suis alors mis à avoir un doute mais tu me rassures, je n’avais pas halluciné.

    Ce sera donc du per blan, même si inconnu de la plupart des dentistes (et puis c’est quoi ce délire d’avoir des gros posters de pubs pour telle ou telle marque dans son cabinet?? ça fait pas pro…)

    • C’est pas toujours très simple à trouver, le dentifrice idéal. La présence de bicarbonate m’a fait abandonner l’éthifrice aussi, en ce moment j’utilise le BioPha, qui est bio même si la composition n’est pas parfaite…

      Je ne connaissais pas du tout le Per Blan, mais d’un autre côté je ne suis pas une grande fan des poudres libres et fines. Une par une la quantité inhalée n’est pas gênante, mais en cumulatif ça finit par faire pas mal, si on prend l’exemple de quelqu’un qui se brosse les dents aux poudres, se lave les cheveux au shikakaï, fait un shampooing sec à l’argile et se maquille minéral.

      Mais j’ai vu aussi des produits qui se vantaient de contenier du silicones, même si ça tend à disparaître de plus en plus.
      Le Triclosan, ça a été vanté comme anti-plaque, et étonnamment, autant les sulfates et autres sels d’alu ont bénéficié de campagne de dénigrement énormes, autant le Triclosan, tout le monde s’en tamponne – pour des raisons qui m’échappent complètement, parce que la pénétration dans l’organisme est avérée, et contrairement aux sels d’alu où il subsiste des doutes quand à leurs effets, là tout le monde s’accorde à dire que oui, vraiment, c’est un perturbateur endocrinien.

      Bref, n’hésite pas à faire un retour sur le PerBlan sur le long terme, je suis quand-même bien curieuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *