Déodorant Sanex Natur Protect : le Boudoir a testé pour vous

Vous n’êtes pas sans savoir qu’au jour d’aujourd’hui, les sels d’aluminium sont supposés impacter la santé. Véritable phénomène marketing et sociétal… pardon. Pardon. Pardon.
Le fait que je croule sous le boulot depuis 3 semaines ne m’autorise en aucun cas à employer d’abominables néologismes journalistiques, même pour faire du remplissage.
Reprenons sérieusement.

Vous n’avez pas pu passer à côté de la controverse sur les sels d’aluminium dans les déodorants. J’avoue que je n’ai pas eu le temps encore de plonger mon nez poudré dedans, mais il apparaîtrait quand-même que c’est pas la fête niveau risque pour le sein.
Étant une fervente adepte du principe de précaution, je me suis penchée récemment sur les déodorants sans sels d’aluminium.

déodorant sans chlorhydrate d'aluminium

Le marketing de Sanex est sympa et sait que le déchiffrage d’étiquette, c’est le gros kif de personne. Du coup il nous indique directement que ce déodorant là ne contient pas de chlorhydrate d’aluminium, mais juste de la pierre d’alun naturelle. C’est important qu’elle soit naturelle, parce qu’elle aurait pu être synthétique et ça aurait été exactement la même chose, mais ça aurait fait moins « Natur Protect ».
L’ironie de la chose, c’est que la pierre d’alun, c’est aussi un sel d’aluminium – du sulfate double d’aluminium et de potassium, pour être exacte. Mais il apparaîtrait que vu qu’il est plus gros, il rentrerait moins sous les dessous de bras et il serait du coup tout à fait inoffensif. Bon.
Tout ça mérite investigation, ce que je ne manquerai pas de faire à l’occasion.

Revenons à notre mouton Sanex Natur Protect.
Comme d’hab’ j’ai pas lu la compo dans le magazin.
Comme d’hab’ j’ai été atterrée en rentrant à la maison.
En bon déo « naturel », comme sont nom l’indique, Natur Protect contient de la diméthicone, du PPG et de la cyclodiméthicone. Donc franchement, niveau protection du sein, c’est un peu tomber des Caraïbes dans Scylla, vu que certains silicones sont challengers du chlorhydrate d’aluminium en activité œstrogénique.

Du coup, foutage de gueule chez Sanex ?
Oui, un peu quand-même, mais au final, on s’en fiche parce que même si vous n’avez pas lu la compo, vous n’en rachèterez pas : la bille, peu pratique, ne dispense qu’une quantité minime de produit et il ne déodore que pendant un laps de temps très réduit, qui ne dépasse pas la paire d’heure dans des conditions les moins favorables à une transpiration excessive.

Pas de bibliographie cette semaine, mais promis, je me rattrape dès la semaine prochaine !

3 Comments

  1. Essayez le en orange et vapo… je l’utilise depuis des années et c’est le seul qui atténue les odeurs de transpirations.

    • Eh bien après pas mal de recherches, il apparaît que le pierre d’alun que contient ce déo, c’est pas terrible non plus – en fait, exactement similaire aux sels d’alus tant décriés. Du coup, vu que je suis à la recherche d’un déo efficace mais safe, ça me tente moyen :/
      Mais merci quand-même pour l’info !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *