Le pH de la peau et les cosmétiques

Tout d’abord, toutes mes excuses pour cette très longue absence. Il y a parfois des impératifs incompressibles, et je n’ai pas vraiment chômé dans l’intervalle puisque je me suis munie d’un superbe site et d’un non moins superbe blog pour la reprise de mon activité de photographe de mariage. Shooting prévu, prestataires à convaincre des qualités de la photographe, bref, il y avait un peu de pain sur la planche.

Mais revenons au vif du sujet. Il y a maintenant pas mal de temps, je vous avais promis un article sur le pH et les cosmétiques. Si on en entend parler très régulièrement, je vois pourtant des choses aberrantes dans certaines routines de soin, qui me laissent à penser que la notion reste assez vague. Voyons donc d’un peu plus près ce qu’il en est.

mesure pH papier pH

Le pH peut se mesurer entre autres à l’aide de papier pH, qui va changer de couleur en fonction du pH de la substance dans lequel il est trempé.
Il est préférable de le conserver à l’abri de l’humidité, dans un récipient étanche par exemple.

Le pH, qu’est-ce que c’est ?

pH est l’abréviation de « potentiel hydrogène », ce qui, soyons francs, vous fait une belle jambe. Grosso modo, et on ne va pas rentrer dans le détail, la mesure de pH traduit la présence plus ou moins importante d’ions H3O+ dans une solution – c’est à dire dans le cas qui nous occupe, une lotion, mais aussi une crème, un sérum, un après-shampooing, bref, tout cosmétique qui contient une phase aqueuse, donc, pour parler crûment, de la flotte.
Suivant les composants contenus dans votre cosmétiques, il contiendra beaucoup d’ions H3O+ ce qui le rendra acide, ou au contraire beaucoup d’ions OH, ce qui le rendra basique ou alcalin.
Voilà grosso modo pour la théorie, je ne vous mets pas de références pour le coup parce que c’est du cours de chimie.

OK, super, mais comment je mesure les quantités d’ions dans ma crème de jour ?

Eh bien grâce à une chose toute simple et même pas onéreuse : les bandelettes de papier pH, qu’on trouve à 1 € les 80 sur eBay, par exemple.
L’utilisation en est des plus simples. On trempouille son bout de papier pH dans la substance à mesurer, et la couleur change en fonction du pH. Plus c’est rouge, plus c’est acide (pH entre 0 et 7), quand c’est vert, c’est neutre (pH = 7), et quand ça devient bleu, c’est que c’est basique (pH entre 7 et 14).
Bien entendu, les petites bandelettes sont livrées avec une échelle de couleur qui vous permet de savoir si la chose que vous venez de tester est très acide ou juste un peu.

pH acide pH de la peau

Après avoir trempouillé ma bandelette dans mon jus de citron, je compare avec l’échelle fournie.
La couleur de ma bandelette se situe entre un pH  = 2 et un pH = 3. Le pH de mon jus de citron est donc d’environ 2,5 (à la louche, hein, c’est pas très précis comme méthode).
On peut tremper sa bandelette dans toute substance aqueuse.

C’est cool, j’ai bien rigolé avec mes bandelettes, mais concrètement, ça sert à quoi ?

Ça sert par exemple à ne pas commettre d’impair dans sa routine. On lit généralement qu’il faut appliquer son sérum ou sa crème sur une peau encore humide de lotion. J’utilise comme lotion un hydrolat de ciste ladanifère dopé à l’acide hyaluronique, ou plus exactement au hyaluronate de sodium. Si l’hydrolat de ciste est naturellement légèrement acide, avec son pH avoisinant de 5, l’ajout de hyaluronate de sodium le rend progressivement basique.

pH lotion pH hydrolat

À gauche mon hydrolat de ciste ladanifère, qui présente un pH proche de 5.
Après ajout de hyaluronate de sodium, ma lotion à droite a un pH plus alcalin, avoisinant 8.

Si j’applique un sérum aux AHA (Alpha Hydroxy Acid, dérivés généralement des fruits, et ici de la pomme) faiblement acide sur ma lotion boostée toute basique, eh bien forcément mon sérum en devient moins acide et au niveau de ma peau, ça diminue d’autant l’efficacité de mes d’AHA (on verra si vous le voulez bien le fonctionnement des AHA dans un prochain article).
Dans l’ensemble, toutes les crèmes et lotions ont un pH bien particulier, et les mélanger gaiement les unes aux autres peut réduire leur efficacité.

pH sérum NovExpert

Le sérum « Peau Neuve » NovExpert à la pêche et à la pomme est un peu plus acide que la peau, avec son pH de 4,5. Si ce sérum ne souffre pas trop de la dilution dans une eau minérale, le mélange avec des résidus de lotion ou de savon alcalins tend à faire augmenter son pH, et donc à diminuer son efficacité.

Mais au fait, ma peau, elle a quel pH exactement ?

Le pH de la peau varie sur le corps : d’environ 5,52 sur le visage il passe à 5,75 sur les jambes pour la femme caucasienne. Pour la femme noire, il est légèrement plus bas (respectivement 5,15 et 5,56). (1) Une autre étude le place à 6,0 pour la femme blanche et 5,7 pour la femme noire. (2)
Ces différences de mesure peuvent s’expliquer par les nombreux facteurs qui influencent le pH de la peau, tels que son hydratation, la transpiration, le sébum (ouais, c’est pas glamour), le site anatomique, la prédisposition génétique et l’âge, mais aussi les détergents, les cosmétiques, ou encore des facteurs un peu abscons que je ne vous détaillerais pas ici et qui contiennent des gros mots comme « pompe à protons ». (3,4)
Quoiqu’il en soit, il est généralement admis que le pH de la peau se situe entre 5,4 et 5,9, à part sous les aisselles, entre les doigts et les orteils, et un à autre endroit que la morale et la bienséance m’empêchent de détailler plus avant. (3)
La peau est donc acide, et augmenter son pH, par application de cosmétiques basiques, par exemple, diminue l’intégrité de la barrière cutanée et favorise la perte insensible en eau, c’est à dire l’évaporation d’eau à travers la couche supérieure de l’épiderme, mais aussi la desquamation dudit épiderme et certaines affections de la peau – l’incontournable dermatite, bien-sûr, mais aussi l’acné ou la candidose. (3-6)

pH de la peau acides de fruits

Les fruits sont globalement acides, même si cette acidité varie beaucoup d’un fruit à l’autre.
Pour les adeptes du « peeling citron » maison, sachez que ce dernier est quand-même beaucoup plus acide que la peau.

Avant de jeter à l’évier notre lotion préférée, continuons ces saines lectures.
En effet, l’application de crèmes ayant un pH acide, par exemple parce qu’elles contiennent des acides gras, favorise globalement la régénération de la barrière cutanée, et empêche la détérioration de l’épiderme suite à l’application de lotions plus ou moins basiques. (3,4)

OK pour les crèmes et lotions, mais mon savon ?

Même combat pour le savon, surtout s’il est alcalin, type savon de Marseille. Le pH de la peau est alors plus élevé pendant plusieurs heures si aucun cosmétique n’est appliqué suite au nettoyage, et peut-être modifié durablement suite à un usage répété. (3,7) L’effet est moins prononcé avec des nettoyants au pH similaire à celui de la peau, mais est néanmoins présent. (3,8) Bref, quoiqu’on utilise pour laver la peau de notre doux visage, le lavage et le séchage augmentent la délipidation, la perte insensible en eau à travers l’épiderme et le pH de ce dernier. (9,10)
Il est à noter que sécher sa peau en la tamponnant délicatement avec une serviette au lieu d’un essuyage classique est plus dommageable que bénéfique. En effet, la peau reste humide plus longtemps et elle est donc plus susceptible d’être abimée. (9)

pH savon de marseille pH de la peau

Rien à faire, le pH de mon savon de Marseille est définitivement alcalin. Avec son pH de 8, il fait partie des nettoyants qui peuvent perturber le pH de votre peau s’ils sont mal rincés et non suivis de l’application d’une crème.

Les bonnes pratiques

On s’est demandé pendant des siècles si le fait de se laver apportait vraiment des bénéfices pour la peau. (11) Avant d’envisager d’adopter une hygiène plus qu’approximative, il est bon de se rappeler que le pH ne fait pas tout dans un savon, et que de nombreux autres ingrédients auront une influence sur l’état de votre épiderme.
J’utilise au demeurant un savon de Marseille, absolument alcalin, pour laver la peau mixte de mon visage, ce sur les conseils de mon médecin il y a 15 ans, et ma peau ne part pas en lambeaux.
Quelque soit le nettoyant que vous utilisez, on en a parlé précédemment, il est important de surtout bien rincer après le nettoyage pour éviter le dépot de résidus.
Un pschitt d’eau minérale contribuera à faire baisser le pH de votre peau après un nettoyage avec un savon alcalin.

pH eau minérale pH de la peau

À gauche, le pH de la pâte de bicarbonate est de 8 approximativement. Après un gommage au bicarbonate, au demeurant diablement efficace, pensez à bien rincer avec une eau minérale puis à appliquer une crème avec un pH proche de celui de la peau.
À droite, l’eau minérale de mon brumisateur Cristalline présente un pH neutre de 7, qui reste cependant plus alcalin que celui de la peau.

Une lotion à pH alcalin ne sera pas spécialement dommageable pour votre peau si elle est suivie d’une crème à pH légèrement acide. Par contre, appliquer un sérum aux AHA ou toute crème de type « peeling » sur les restes d’une lotion alcaline va diminuer son efficacité.
On évite le contact prolongé avec une lotion d’un pH différent de celui de la peau, par exemple lors d’un masque à la lotion.
Dans l’ensemble, les crèmes pour le visage sont formulées de façon à présenter un pH proche de celui de la peau. L’application d’une crème à la fin de votre routine rétablira de toutes façons les écarts de pH que vous aurez pu imposer à votre visage durant le nettoyage.

pH crème Sanoflore pH de la peau

Au pif, la crème des Saisons de Sanoflore. Comme la plupart de ses consœurs, elle est formulée avec un pH d’environ 5,5, proche de celui de la peau.

Dans les prochains épisodes, je vous parlerai de ma quête du déodorant idéal, mais aussi (c’est de saison) des crèmes solaires, en attendant un article de fond sur ces outils du Diable que sont les conservateurs.

BIBLIOGRAPHIE
1. A.G. Warrier, A.M. Kligman, R.A. Harper, J. Bowman, R.R. Wickett. A comparison of black and white skin using noninvasive methods . J. Soc. Cosmet. Chem. 1996, Vol. 47, pp. 229-240.
2. P. Grimes, B.L. Edison, B.A. Green, R.H. Wildnauer. Evaluation of Inherent Differences Between African American and White Skin Surface Properties Using Subjective and Objective Measures. Cutis. 2004, Vol. 73, pp. 393-396.
3. M.H. Schmid-Wendtner, H.C. Korting. The pH of the Skin Surface and Its Impact on the Barrier Function. Skin Pharmacol. Physiol. 2006, Vol. 19, pp. 296–302.
4. J.W. Fluhr, J. Kao, M. Jain, S.K. Ahn, K.R. Feingold, P.M. Elias. Generation of Free Fatty Acids from Phospholipids Regulates Stratum Corneum Acidification and Integrity. J. Invest. Dermatol. 2001, Vol. 117, pp. 44-51.
5. B. Runeman, J. Faergeman, O. Larkö. Experimental Candida albicans Lesions in Healthy Humans: Dependence on Skin pH. Acta Derm Venereol . 2000, Vol. 80, pp. 421-424.
6. J-P. Hachem, D. Crumrine, J. Fluhr, B.E. Brown, K.R. Feingold, P.M. Elias. pH Directly Regulates Epidermal Permeability BarrierHomeostasis, and Stratum Corneum Integrity/Cohesion. J. Invest. Dermatol. . 2003, Vol. 121, 2, pp. 345-353.
7. H.C. Korting, K. Greiner, K. Hubner, G. Hamm. Changes in skin pH and resident flora by washing with synthetic detergent preparations at pH 5.5 and 8.5. J. Soc. Cosmet. Chem. 1991, Vol. 42, pp. 147-158.
8. M.H. Schmid, H.C. Korting. The concept of the acid mantle of the skin: its relevance for the choice of skin cleansers. Dermatology. 1995, Vol. 191, pp. 276-280.
9. Voegeli. The Effect of Washing and Drying Practices on Skin Barrier Function. J. Wound Ostomy Continence Nurs. 2008, Vol. 35, 1, pp. 84-90.
10. R. Gfatter, P. Hackl, F. Braun. Effects of soap and detergents on skin surface pH, stratum corneum hydration and fat content in infants. Dermatology. 1997, Vol. 195, pp. 258-262.
11. H.C. Korting, O. Braun-Falco. The effect of detergents on skin pH and its consequences. Clin. Dermat. 1996, Vol. 14, pp. 23-27.

18 Comments

  1. Coucou Rachel!

    Je me languis de tes articles, du coup je farfouille un peu dans les plus anciens (mais non moins bons). Le pH a toujours été un sujet obscur pour moi (les sciences et moi, ça fait mille), grâce à ton article c’est plus clair! Au fil des expériences, on se rend facilement compte qu’un savon fait plus de bien que de mal à la peau du visage…

    Parallèlement j’ai aussi découvert ton site et ton blog de photographe indépendante, j’aime beaucoup! J’y suis très sensible car c’est un métier que j’avais envisagé il y a quelques temps mais j’ai abandonné le projet et continué mes études. Qui sait, un jour…
    Je comprends mieux la belle qualité de tes photos sur ce blog. Quelle femme polyvalente 🙂

    A bientôt, bisous!

    • Coucou Julie !
      Promis, je sors un article la semaine prochaine ! J’espèrais pouvoir finir de rédiger pour cette fin de semaine, mais je déménage, et mon indécrottable optimisme avait compté moins de cartons que ce dans quoi je nage aujourd’hui, haha !
      Contente que mon article t’aie éclairé sur le pH en tous cas, et encore plus que tu aimes mon travail à côté. Continuer ses études, c’est toujours une bonne chose, et après, tu peux toujours revenir à la photo si c’est vraiment ce que tu veux faire. Ça te laisse une porte de secours au cas où ça ne marche pas, et ça permet aussi de mûrir son projet tranquillement, en faisant de la photo à temps partiel (ce que je faisais à Stockholm en fait). Tu continues ? On peut voir ce que tu fais sur un portfolio en ligne ?
      Bonne fin de semaine, bisous !

    • Bonjour,

      tout d’abord merci pour ce super article instructif sur les cosmétiques. pourriez vous me dire maintenant comment mesurer le pH de crèmes et lotions dont la phase aqueuse a été remplacé par l’aloé vera svp? il n’y a pas du tout d’eau dans les miens…

      merci d’avance pour votre aide.

  2. Coucou Rachel!
    Courage pour ton déménagement, ce n’est pas une partie de plaisir! Mais une fois que c’est fait et que le contenu des cartons est rangé, quel soulagement 🙂
    En ce qui concerne mes études, vu leur longueur et leur complexité, j’espère que je pourrai exercer ce métier à l’avenir (faut-il encore les réussir, c’est une autre paire de manches) mais c’est certain que la photo peut rester dans mes options. Hélas, les études sont tellement contraignantes que les temps où mon APN voit la lumière du jour se font rares. Et avec le temps, il est quasiment devenu obsolète (un vieux 450D avec des objectifs pas folichons) ce qui m’encourage encore moins. Avec un salaire, je me ferai certainement plaisir 🙂
    J’avais effectivement un blog auparavant mais je l’ai supprimé pour plusieurs raisons. J’ai également tenu un blog pendant mon Erasmus en Russie, à Saint-Pétersbourg, mais le côté esthétique passait au second plan. Le blog était plutôt une sorte de « journal de bord » pour ma part (exemple de photo « réussie »: http://1.bp.blogspot.com/-620JShixseY/Uj3Bws7EVfI/AAAAAAAAAuE/Xj9CGmQTUHg/s1600/IMG_8911.jpg). As-tu un(e) assistant(e) ou travailles-tu seule? C’est un beau métier mais quel courage tu as!
    Bonne fin de semaine! Bisous!

    • Rhôôôlala, désolée pour le délai de réponse, je me suis dis que j’allais prendre le temps et puis vu que je ne l’ai pas eu… Bref.

      Tu fais quoi comme études du coup, si ça n’est pas indiscret ? Mais j’ai encore un vieux 400 D aussi, haha, j’ai commencé avec. En fait avec un objectif correct (genre 50 mm 1.8) tu peux faire des trucs sympas en portrait : http://gazette.the-onlooker.com/reussir-portraits-appareil-photo-amateur/
      Par contre sur la même session j’ai essayé de faire du portrait-paysage, et la mise au point était plus qu’erratique.
      Mais effectivement, quand tu as un boulot ou des études prenantes à côté, c’est difficile de trouver le temps de se poser pour faire de la photo. En plus, tu as déjà «utilisé» toute ta créativité dans la semaine, c’est difficile de retrouver des ressources sur les moments de break.

      Ça devait être chouette l’Erasmus à St Petersbourg ! Et j’aime beaucoup la photo aussi.

      Et pas d’assistante pour l’instant, mais à terme j’envisage de prendre quelqu’un qui fait de l’administratif en free-lance, parce que ça me plombe mon temps de travail. Pour l’instant, quand j’ai besoin d’aide je recrute mon époux, traducteur indépendant, et je l’utilise en «candide» quand j’ai un doute sur une photo . Inversement je le relis ou on discute quand il bloque sur un truc. J’aime bien ce type de collaboration 🙂

      Bonne fin de semaine à toi aussi, même si c’est plus la même semaine ! Bisous

  3. Bonjour Rachel, est ce qu’on peut appliquer les mêmes théories pour le cuir chevelu que pour la peau, concernant le PH, ou c’est plus compliqué à cause du cheveux ?
    Merci

    • Bonjour Isabelle,
      Je ne saurais pas te dire, je ne me suis pas trop penchée encore sur le cuir chevelu. Il doit avoir un pH proche de celui- de la peau, même si la fine couche protectrice de sébum doit changer pas mal de choses. C’est surtout d’elle qu’il faut se préoccuper d’ailleurs je pense, vu que la faire trop augmenter ou diminuer n’est pas sans incidence sur la croissance et / ou la perte de cheveux.
      Je me documenterai sur la question à l’occasion !

  4. Bonjour bonjour ! 🙂

    Cela fais un petit moment que je me suis lancée dans la confection de cosmétiques/soins home made pour essayer d’améliorer ma peau, et étant tombé sur ton article concernant le ph .. J’ai la sensation que tout ce que je fais est vain !!! Ces articles vraiment très passionnant sur la blogosphère m’ont toute fois laissés quelques zones d’ombres…

    Voilà, j’ai une peau à tendance grasse et acnéique .. Les joies de l’adolescence pour celles qui s’en souviennent .. J’ai pour habitude de me laver le visage soit avec un savon d’Alep (qui est trop alcalin alors si j’ai bien compris ?) soit la base neutre lavante d’aromazone. Si je veux donc nettoyer ma peau avec, puis je l’acidifier avec de l’acide lactique ? D’ailleurs, puis je acidifier toutes mes compositions avec celui ci si je me rends compte qu’elles sont trop alcalines ?

    De plus, j’ai tendance à utiliser des AHA et de l’acide salicylique dans toutes mes étapes de manière plus ou moins répartis mais je viens, suite à ton article, comprendre qu’ils ne devaient certainement ne faire aucuns effets puisque je n’ai jamais vérifier le ph de mes soins …. Dans ma lotion à base d’hydrolat j’y ajoute les deux, dans mon sérum les deux aussi et dans ma crème seulement l’acide salicylique. (Tout cela avec parfois d’autre actifs type extraits de concombre, algo’zinc, huile de jojoba ou nivelle etc..)

    J’ai donc quelques questions davantage précises auxquelles je l’espère tu voudras bien répondre (je cherche à mon débrouiller un maximum mais pour réussir il faudrait d’abord que je comprenne…) :
    Un nettoyant à 5,5 est-il bon pour ma peau grasse ? Faut-il si je garde cette routine que mon sérum et ma lotion soit environ au ph 2 pour bénéficier des bienfaits des AHA et BHA ? Dois-je acidifier toutes mes étapes pour être sur de leurs efficacité et ainsi réguler ma peau ?

    Merci d’avance pour, je l’espère, tes réponses ! Bonne soirée à toi ! 🙂

    • Bonjour Nikyta !

      En fait, le savon d’Alep ou de Marseille sont alcalins, mais dans le cas du savon de Marseille c’est un surgras qui n’agresse pas la peau, et dans le cas du savon d’Alep il contient en plus de l’huile de laurier, qui est antibactérienne si mes souvenirs sont bons. Du coup, les deux sont tout à fait conseillé dans les cas d’acné à mon avis. La seule chose c’est qu’il faut 1) très bien rincer pour enlever les traces alcalines 2) appliquer une lotion après pour être bien sûre d’avoir ôté toutes les traces alcalines, et accessoirement le calcaire de l’eau s’il y en a chez toi.

      Plutôt que d’aller acidifier tout le monde, le plus simple est d’aller du plus basique vers le plus acide, ce que tu sembles faire, donc pas de soucis.

      Pour les AHA, effectivement il faudrait que tu mesures le pH de tes compo avant et après addition d’AHA, pour vérifier ce que ça donne. Par contre, un pH 2 ne me semble pas très conseillé. Le jus de citron est à 2,5 et c’est déjà TRÈS agressif.

      Et enfin, pour avoir subi de l’acné, je sais que c’est très pénible, mais malgré tout dans ces cas là less is more comme on dit. J’ai l’impression que tu as une routine très chargée en actifs de toutes sortes, qui risquent peut-être d’empirer la situation : une peau agressée se défend en produisant plus de sébum…

  5. Bonjour,

    tout d’abord merci pour ce super article instructif sur les cosmétiques. pourriez vous me dire maintenant comment mesurer le pH de crèmes et lotions dont la phase aqueuse a été remplacé par l’aloé vera svp? il n’y a pas du tout d’eau dans les miens…

    merci d’avance pour votre aide.

  6. Vous dites également que le hyaluronate de sodium est plutôt basique et de pH8 et que le toute crème basique altère la barrière cutanée et favorise donc la perte en eau . pourquoi alors lit-on autant d’éloge sur l’acide hyaluronique et sa capacité à conserver l’eau de la peau après application? elle « fragilise » la peau et fais le travail à sa place? pourriez vous m’expliquer les réels bienfaits de l’acide hyaluronique svp?

    Merci pour votre aide.

  7. C’est la première fois que je lis un article aussi complet et scientifique sur le pH des produits cosmétiques. Bravo !
    Si j’ai bien compris, pour pouvoir utiliser les AHA, BHA, il faut utiliser un nettoyant au pH inférieur à celui des AHA & BHA pour que ce soit efficace, n’est-ce pas ?
    J’aime beacoup l’eau d’Avène, ça apaise ma peau mais le pH est de 7. Je me demande si je dois la conserver dans ma routine, quitte à balancer avec un toner de 5.5 après. Qu’en penses-tu ?
    Une autre question : comment mesurerais-tu le pH des huiles ?
    Merci beaucoup !

  8. Bonjour
    Je suis assez étonnée de cet article car en m’intéressant à l’équilibre acido-basique, j’ai lu que quelqu’un en bonne santé devrait avoir une peau d’un PH plutôt entre 7 et 8. Les naturopathes conseillent donc des soins alcalins que ce soit pour la peau ou l’hygiène corporelle en général (sans parler de l’alimentation !) Si la peau s’est acidifiée au cours des dernières années, il serait déconseillé de continuer avec des produits de plus en plus acidifiants, or la plupart des crèmes ont un PH de 5 , donc acide …
    Je ne sais trop que penser de tout ça mais je voulais partager ce point de vue

    • Je ne veux pas jeter de l’eau propre sur les naturopathes, mais malgré tout, les études que je cite ont fait des moyennes sur des gens d’horizons variés, 30 à 40 personnes différentes à chaque fois. À moins d’admettre qu’ils avaient tous une santé exécrable, ce qui voudrait dire que les scientifiques nous mentent délibérement en affirmant que tous ces gens étaient en parfaite santé, beeeen, il faut se rendre à l’évidence, le pH de la peau est plutôt entre 5,4 et 6.
      Je ne pense pas que la peau se soit acidifiée, je pense surtout que la naturopathie n’est pas une science.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *